Communiqué de presse

Traverser l’inimaginable, retrouver l’espoir

La Fondation Marie-Vincent : se donner les moyens d’aider un plus grand nombre de jeunes victimes de violence sexuelle

Montréal, 25 octobre 2021 – Alors que 99 % des enfants soutenus par Marie-Vincent connaissent leur agresseur, la Fondation lance aujourd’hui Traverser l’inimaginable, retrouver l’espoir, une campagne de sensibilisation qui a pour objectif d’alerter la population aux enjeux entourant la violence sexuelle envers les jeunes et notamment le phénomène de la cyberviolence sexuelle. Marie-Vincent dévoile du même coup des statistiques qui mettent en lumière la réalité des jeunes qu’elle accompagne.

Les données colligées par la Chaire de recherche Marie-Vincent révèlent que dans près de 75 % des cas, l’agresseur est un membre de la famille immédiate ou élargie. Pour 80 % des jeunes, l’agression sexuelle implique plus d’un épisode et malgré leur jeune âge, 65 % des enfants rencontrés à Marie-Vincent sont victimes d’agression sexuelle sévère. Beaucoup rapportent vivre des symptômes de stress post-traumatique.

« Il est malheureusement faux de penser que pour protéger un enfant, il suffit de lui dire de ne pas parler aux inconnus. La prévention et l’éducation à la sexualité et aux relations égalitaires, notamment par le jeu chez les enfants de 0 à 5 ans, sont absolument primordiales. Elles leur permettent, dès leur plus jeune âge, de reconnaître les situations à risque et d’identifier les adultes de confiance » mentionne Stéphanie Gareau, directrice générale de la Fondation Marie-Vincent.

La cyberviolence sexuelle : un enjeu bien réel

Par ailleurs, Marie-Vincent constate que la cyberviolence est un fléau qui ne cesse de prendre de l’ampleur au Québec. Dans le cadre d’un projet sur la prévention de la violence sexuelle chez les jeunes, Marie-Vincent a recueilli des données auprès de 850 élèves du secondaire. Les résultats sont parlants : près de 1 adolescent∙e sur 5 rapporte avoir déjà reçu une image intime qui circulait sans la permission de la personne, alors que pas moins de 36 % des adolescentes rapportent s’être déjà fait demander une photo nue ou à connotation sexuelle d’elle-même.

Abus physique et maltraitance

Autre constat révélé par les données de la Chaire Marie-Vincent : la violence sexuelle vient rarement seule. Les trois quarts des enfants qui en sont victimes ont également vécu au moins un autre type de maltraitance. De ce nombre, 44 % ont été victimes d’abus physique.

« Face à cette situation, Marie-Vincent a décidé d’élargir sa mission et de développer une offre de services pour les jeunes victimes d’abus physique dans son nouveau centre d’appui aux enfants et à la jeunesse de Châteauguay. Offerts sous forme de projet pilote pour la Montérégie, ces services sont appelés à être déployés plus largement afin de toujours mieux répondre aux besoins des jeunes victimes », ajoute Mme Gareau.

Des services avec un impact concret

Les enfants et adolescent∙e∙s victimes de violence sexuelle traversent l’inimaginable. En effet, près de 2 enfants sur 5 rapportent vivre des symptômes de stress post-traumatique. Cela dit, les recherches de la Chaire démontrent que grâce aux services offerts à Marie-Vincent, une diminution de ces symptômes est observée chez les jeunes victimes. Les services offerts à Marie-Vincent ont un impact réel et permettent aux enfants de retrouver l’espoir.

« Non seulement nos services fonctionnent, mais 76 % des jeunes en ayant bénéficié affirment avoir beaucoup aimé participer à la thérapie. Quand ils arrivent chez nous, l’agression sexuelle dont elles et ils ont été victimes est l’événement qui les définit. À leur départ, celle-ci fait partie de leur histoire, mais n’est plus l’évènement qui les caractérise. Les jeunes aspirent à une vie meilleure où elles et ils pourront réaliser leur plein potentiel. Il faut donc continuer d’investir dans nos services afin de bâtir une communauté protégeante autour de nos jeunes. Ensemble, on a le pouvoir de changer les choses », conclut Mme Gareau.

À propos de Marie-Vincent

La Fondation Marie-Vincent soutient les enfants et les adolescent∙e∙s victimes de violence sexuelle et physique en leur offrant, sous un même toit, les services dont elles et ils ont besoin. Elle aide également leurs familles à surmonter cette épreuve en s’assurant que l’accompagnement spécialisé leur soit offert.

Marie-Vincent contribue à prévenir la violence sexuelle en ciblant les enfants, les adolescent∙e∙s, les parents, les professionnel∙le∙s et la population générale. Dans cette optique de prévention, elle vient également en aide aux enfants présentant des comportements sexuels problématiques.

Marie-Vincent collabore avec des partenaires mobilisés afin de renforcer les capacités en formant les professionnel∙le∙s qui œuvrent auprès des jeunes vulnérables. Enfin, elle mise sur les meilleures pratiques dans le domaine de la lutte contre la violence sexuelle en soutenant une Chaire interuniversitaire de recherche et en demeurant à l’affût des nouvelles réalités sociales.

 

 

Pour tout renseignement

Frédérique Lorrain
TACT
Cellulaire : 450 702-0339
florrain@tactconseil.ca

 

Source

Dominique Rivet-Dugal

Fondation Marie-Vincent

Cellulaire : 514 652-5570

dominique.rivet-dugal@marie-vincent.org