Traverser l’inimaginable, retrouver l’espoir.

La Fondation Marie-Vincent soutient les enfants et les adolescent·e·s victimes de violence sexuelle en leur offrant sous un même toit, et en collaboration avec nos partenaires, les services dont elles et ils ont besoin.

Je veux donner
65%

Malgré leur jeune âge, 65% des enfants rencontrés à Marie-Vincent sont victimes d’agression sexuelle sévère. Et pour près de 80% des enfants, l’agression sexuelle implique plus d’un épisode.

36% | 16%

36% des adolescentes et 16% des adolescents rapportent s’être déjà fait demander une photo nue ou à connotation sexuelle d’elle-même ou de lui-même.

Mélissa Désormeaux-Poulin Porte-parole de la Fondation Marie-Vincent

Aidez-nous à bâtir une communauté protégeante, sans violence sexuelle envers les enfants et les adolescent·e·s”

Marie-Vincent contribue à prévenir la violence en misant sur l’éducation, la sensibilisation et en aidant les enfants présentant des comportements sexuels problématiques.

Soutenez la Fondation Marie-Vincent

En collaboration avec nos partenaires, Marie-Vincent offre tous les services dont les jeunes victimes de violence sexuelle ont besoin sous un même toit.

Découvrir la Fondation Marie-Vincent

Vos dons serviront à…

Obtenir des services plus rapidement en finançant l’embauche et le maintien en poste de professionnel·le·s.

Impact : Réduire les conséquences de la violence dans la vie des jeunes afin de leur permettre de grandir et de développer leur plein potentiel.

Statistiques sur la violence sexuelle

Grâce à la Chaire interuniversitaire Marie-Vincent sur les agressions sexuelles, la Fondation a développé une expertise en matière de violence sexuelle.

 

Portrait des jeunes victimes à Marie-Vincent :

Grâce à la générosité de nos partenaires médias, cette publicité sera diffusée sur différentes chaînes québécoises à l’automne et au printemps. Merci à Radio-Canada Solutions Média et Bell Média de nous permettre de faire connaître notre mission, de bâtir une communauté protégeante autour des jeunes et de mieux lutter contre la violence faite aux enfants et aux adolescent·e·s.